Bienvenue sur le nouveau site de www.paca-communiques.com
Les communiqués de presse en direct Marseille & PACA
Communiqué de presse : divers

Coupe du Monde de rugby en Nouvelle-Zélande et coût de la vie : Le budget des supporters étrangers

ECA International

Communiqué le 02/09/2011
ECA International, expert de la mobilité internationale, apporte un éclairage sur les disparités budgétaires des supporters selon leur pays d'origine

A une semaine du coup d'envoi de la Coupe du monde de rugby qui se déroulera en Nouvelle-Zélande du 9 septembre au 23 octobre, des supporters du monde entier sont attendus au « pays du long nuage blanc ». L'office du tourisme néo-zélandais attend près de 95 000 visiteurs étrangers, parmi lesquels 30 000 Australiens, 10 000 Français, 25 000 Anglais et Irlandais et 10 000 supporters en provenance du Canada, des Etats-Unis et d'Argentine*. Ceux-ci devraient séjourner en moyenne 23 jours dans le pays et donc dépenser un budget substantiel en Nouvelle-Zélande. Ce budget variera sensiblement selon le pays d'origine des visiteurs. Les Anglais et les Américains auront le plaisir de découvrir que le coût de la vie en Nouvelle-Zélande est moins élevé que chez eux alors que les Japonais, et les Français y trouveront dans l'ensemble la vie plus chère.

Spécialiste de la mobilité internationale, ECA dresse à l'occasion de cet événement un tableau des différences de coût de la vie en fonction de la provenance de ces visiteurs. Etablie sur la base d'un panier de biens et services, cette comparaison permet de mettre en lumière l'impact du séjour sur le porte-monnaie des voyageurs en fonction de leur pays d'origine.

Boissons : des disparités importantes
Les Argentins, les Italiens et les Roumains verront le prix de l'eau minérale plus que doubler par rapport à chez eux. Elle sera 129 % plus chère pour les Italiens et Roumains et 105 % plus chère pour les Argentins. Alors que la bière au bar leur reviendra seulement 44 % et 10 % de plus pour les Roumains et les Argentins, mais 23 % de moins pour les Italiens.
Les Anglais trouveront la bière au bar 29 % plus chère que dans leurs pubs mais avec l'eau minérale 67 % plus chère, ils devraient se cantonner à leur boisson favorite. Quant aux Français, avec une eau minérale 82 % plus chère mais des boissons nettement moins onéreuses que dans les bars de l'Hexagone (-38 % pour les boissons alcoolisées, -30 % pour la bière et -41 % pour les boissons sans alcool), il y a fort à parier qu'ils passeront du bon temps dans les bars néo-zélandais. Les Parisiens en particulier qui constateront une différence de l'ordre de -50 % sur toutes les boissons dans les bars !
Il sera toutefois plus avantageux pour les Canadiens, les Américains et les Australiens d'acheter de l'eau minérale plutôt qu'une bière. L'eau coûte 37 % de moins en Nouvelle-Zélande qu'au Canada, 40 % et 47 % de moins par rapport aux Etats-Unis et à l'Australie. En revanche la bière n'y est que 16 % moins chère qu'en Australie, 12 % moins chère qu'au Canada et le prix s'avère même 3 % plus élevé par rapport aux Etats-Unis. Les supporters pourront avoir une petite pensée pour les visiteurs de Namibie qui devront débourser le double pour une bière au bar.

Manger en ville, les différences de budget
Globalement tous les supporters européens (à l'exception des Roumains) trouveront les tarifs des restaurants moins élevés en Nouvelle-Zélande que chez eux ! Au déjeuner, le décalage est de l'ordre de -40 % pour les Parisiens et -34 % pour les Russes. A l'inverse certaines nations comme les Sud-Africains et les Américains devront débourser plus pour se nourrir : +11 % au déjeuner pour les Sud-Africains et +9 % au dîner pour les Américains.


Faire la fête entre cigarettes et cacahuètes
Les seuls à pouvoir faire de petites économies sur les cigarettes sont les Irlandais et les Australiens. Elles leur coûteront respectivement 12 % et 21 % de moins en Nouvelle-Zélande que dans leurs pays respectifs. Les Canadiens et les Britanniques ne verront aucune différence tandis que pour les autres elles seront un peu voire beaucoup plus chères : 37 % de plus pour les Français, deux fois plus chères pour les Japonais, plus du double pour les visiteurs en provenance d'Afrique du Sud et de Namibie trois fois plus chères pour les Roumains cinq fois plus chères pour les Russes et plus de six fois plus chères pour les Argentins. Ces derniers ont intérêt à faire leurs provisions avant le grand départ.
Concernant le prix des cacahuètes, les Japonais pourront renflouer leur stock car elles leur coûteront 57 % de moins en Nouvelle-Zélande qu'au Japon. Les Français et les Anglais devront débourser respectivement 10 % et 30 % de plus pour cet incontournable de l'apéritif.


Les perdants et les gagnants seront...
Dans l'ensemble, la différence de coût de la vie est à l'avantage des Japonais, des Russes et des Australiens. La vie en Nouvelle-Zélande leur sera respectivement 38%, 24% et 18% moins chère. Les Français pourront tout de même profiter d'une légère différence, grâce à un coût de la vie 8% moins élevé que chez eux. Les supporters en provenance d'Afrique du Sud seront les moins chanceux et devront faire face à une hausse des prix de 43% entre les deux pays, 40% pour la Namibie.


(*) D'après une étude menée par l'office du tourisme de Nouvelle-Zélande :
http://www.traveldailynews.com/pages/show_page/44754-Rugby-World-Cup-2011-in-New-Zealand-attracts-more-overseas-visitors








Le coût de la vie : méthodologie de l'enquête
ECA International définit et compare le niveau de coût de la vie dans 400 villes du monde sur la base d'un panier moyen composé de  biens de consommation et services. Ces articles ont été choisis car ils représentent les produits et services typiquement achetés par les consommateurs. Ces données sont utilisées par les clients d'ECA International pour calculer les primes de coût de la vie qu'ils accordent à leurs expatriés. Parmi ces produits :
• L'alimentaire : épicerie, produits laitiers, poisson et viande, fruits et légumes frais
• Les « basiques » : boissons et tabac, articles divers et services
• Général : habillement, appareils électriques, dîner en ville.

Les indices du coût de la vie d'ECA International sont calculés sur la base d'enquêtes menées en mars et septembre. Les informations dévoilées plus haut sont tirées de l'enquête de mars 2011.
L'indice du coût de la vie reflète les dépenses au quotidien. Certains coûts tels que le logement, les services (électricité, gaz, eau), l'achat d'une voiture et les frais scolaires ne sont pas inclus dans cette enquête dans la mesure où ces derniers sont généralement pris en charge à part, par le biais d'indemnités, par les employeurs. Ces postes peuvent faire varier significativement les dépenses.
Cette comparaison des coûts de la vie a été calculée sur la base de plusieurs pays développés et reflète un niveau de vie international. D'autres indices disponibles auprès d'ECA International reflètent des comparaisons spécifiques de ville à ville ainsi que différents niveaux de pouvoir d'achat.

A propos d'ECA International
Spécialiste de la gestion de l'expatriation dans le monde entier, ECA International propose aux entreprises des données, des études, des logiciels et un support sur mesure.
Les entreprises possédant peu d'expérience ou trop peu de ressources en interne pour gérer les missions de leurs expatriés, peuvent confier à ECA International le calcul des primes et packages et bénéficier de conseil et de services. Les responsables des ressources humaines internationales des grandes entreprises trouvent des informations complètes et des logiciels de calcul sur le site Internet ; enfin les équipes d'ECA International rédigent des politiques sur mesure pour les grandes entreprises qui gèrent des milliers d'expatriés dans le monde entier.
www.eca-international.com


Retour page précédente

Pub
Lusopassion, le magazine des cultures lusophones LusoPassion.com, le magazine des cultures lusophones en France
Communiqués les plus consultés :
Paca-communiques.com dans les autres régions
Pour retrouver l'ensemble des communiqués de presse diffusés sur notre plateforme :